Test Photo Patrice pour le blog
Focus

Patrice Guezello dit Papang, Homme-oiseau réunionnais

« C’est comme un oiseau … »

Tout le monde connait cette chanson et figurez-vous qu’elle va comme un gant à Patrice Guezello (dit Papang), conteur réunionnais « concerné ».

Cet homme est libre, engagé ,passionné, généreux et d’une sensibilité à fleur de peau … un véritable artiste en somme et vous constaterez que je le dirai plusieurs fois dans ce focus.

Ce nom, Papang, c’est son père qui le lui a « donné » peu avant sa disparition.

l'oiseau papang

Il faut savoir que le Papang est un oiseau de proie majestueux qui est endémique de La Réunion  (ressemblant à un aigle).  Oiseau donc, et véritable totem de Patrice Guezello dit Papang ou Kriké Kraké (expression équivalente au Yé krik Yé krak des Antilles). D’ailleurs, c’est bien un oiseau de cette espèce qui avait survolé et tournoyé longuement au-dessus de la tombe de son père le jour et le lendemain de son inhumation : tout un symbole (le Kabar ou le culte aux Ancêtres n’est pas loin …).

La mutation de Patrice en Papang,

Papang beau gosse

Patrice, débarqué en France en 2000, fut interloqué par les rapports humains très différents de ceux de son île natale…. Bien plus tard, il prendra comme nom de scène Papang et le prit définitivement pour lui (ce « nom d’oiseau ») comme un pied de nez justement au sentiment ressenti par beaucoup d’ultramarins à leur arrivée en France hexagonale.

Oiseau de proie comme totem de protection donc …

Il faut savoir que Jean-Marc, le père de Patrice,  lui avait soufflé le conte du Papang la veille de sa disparition … Le symbole est donc fort car à la fin, c’est ce conte qui lui « inspira » aussi et surtout ce nom de scène.

Naissance d’une passion

Comme souvent, les traditions sont affaires de transmission et en l’occurrence celle-ci se fit entre autres par Maximin, le grand-père de Patrice. Maximin avait coutume de venir dans la maison familiale pour y boire « son feu » – sonntikoutsèk – et en profitait donc souvent pour raconter des « zistwars «. C’est aussi dans les veillées mortuaires, comme aux Antilles ou en Afrique, qu’il entendit bon nombre de contes et d’histoires et ce, même si, ces derniers ne s’adressent généralement pas aux enfants…mais Papang…lui… prêtait attentivement l’oreille et mémorisait tout ce qu’il entendait et aussi voyait.

Notez que les contes aux Antilles et à La Réunion ne sont que très peu écrits pour être lus pour ou par des enfants … l’histoire (les zistwar) sont racontés, avant tout, à l’attention des adultes mais chacun, en fonction de son niveau de compréhension ,d’imagination et/ou de son âge, en retire le sens et les subtilités qui lui sont propres jusqu’à la conclusion.

Les enfants prennent donc leurs parts et les adultes la leur.

Papang seance photo 2 COMP

Les débuts

Papang commence à conter en 2010 à la suite d’un « stage » rakontèr zistwar  qu’il organise et au cours duquel il invite un Zarboutan (pilier en français) du conte réunionnais en la personne de Daniel Honoré puis au fil des représentations, le succès arrive, à vrai dire, assez rapidement.

Le conte n’est alors pas encore son métier mais il le devient en 2011 et ce, même s’il n’en vit toujours pas totalement (au moment où nous rédigeons cet article).

Heureusement, Patrice exerce un autre métier, celui de Formateur en FLE (Français Langue Etrangère) auprès d’adultes migrants.

Ce métier, qu’il exerce par ailleurs avec la même passion que celle qui anime chacun de ses spectacles,lui assure donc un « moyen de subsistance ».

La Culture, un véritable vecteur économique

Pour Papang, la Culture et, en particulier le Conte, peut et devrait même, être considérée comme  acteur de développement économique puisque porteur de véritables métiers et de vrais savoirs-faire. Il est donc temps qu’à l’instar d’autres arts, le conte bénéficie d’une véritable reconnaissance professionnelle et donc de la rétribution qui en découle.

Comme il le dit avec humour : Papang et ses histoires c’est « l’Efferalgan sans le cachet » !!!

Photo Patrice au Ministère

 

 

Papang au Ministère des outre Mer

                                                               

 

 Le processus créatif de Papang,

Ti Zan COMP

 

 

 

Ti Zan le fidèle compagnon de Papang

 

 

 

 

Comme dit plus haut, tout comme le Papang, Patrice est un oiseau libre donc … libre dans la création de ses contes, des adaptations apportées aux contes traditionnels, libre même d’explorer des champs artistiques pouvant être « éloignés » de sa culture d’origine car même s’il revendique être un conteur réunionnais, Patrice est d’abord Conteur

Véritable artiste (il écrit et déclame de la poésie et a même joué dans des pièces de théâtre), dirige et anime aussi des ateliers créatifs avec ses apprenants de français

Tout cela lui permet d’emmener les spec’ACTEURS (comme ils les désignent lui-même avec ce néologisme tout droit sorti de son imagination) dans des espaces imaginaires, fantasmés … voir parallèles…un véritable artiste, vous dis-je !

Les Zistwar ou encore les Kosa-in-Soz (ou devinettes en réunionnais) sont créés à partir de jeux de mots, d’expressions idiomatiques propres au Conte réunionnais. Ils peuvent même s’appuyer sur des faits d’actualité (en tout cas s’en inspirer, pour parfois les tourner en dérision).

Le processus de création de Papang commence d’abord comme suit : il visualise mentalement ses zistwar, il  essaie de ressentir les émotions et les sensations qu’elles pourraient susciter et enfin il appose des mots et c’est tout cela, qui, assemblé, forme le conte.

Son avis sur le milieu du conte réunionnais

Pour Papang, le milieu du conte réunionnais est redevenu très actif car, fait particulier, ce dernier est très lié au monde de la musique traditionnelle locale, le Maloya. En effet, les grands chanteurs de Maloya sont eux même souvent de grands conteurs et il cite donc très vite LoRwa Kaf ou encore Gramoun Lélé. Ils évoquent également des conteurs pur jus comme Sully Andoche ou encore Daniel Honoré (entre autres).

Il déplore cependant le peu de soirées dédiées au conte et en fait, de manière plus générale, le peu d’évènements (hormis la musique et les dinédansan) organisés autour de la culture réunionnaise dans l’hexagone.

Les choses semblent bouger cependant car de nouvelles générations de jeunes conteurs, comme son ami Zavyé, entre autres, officient depuis peu, et assez régulièrement, sur Radio Réunion 1ère. Espérons que cette avancée se pérennise…

 Papang seance photo 3 COMP

Papang dans le futur

L’homme est très ambitieux et veut porter sa voix des contes réunionnais dans le monde entier. Mais quand il parle d’ambitions, c’est d’abord celle liée à la qualité de son travail mais également celle concernant les différentes possibilités de mise en scène qu’il a envie d’explorer, ou encore la manière de promouvoir son art.

D’ailleurs, des envies de mises en scènes le tenaillent, des projets de publication de livres de contes (mêlant musiques, peintures, illustrations et textes dans plusieurs langues notamment différentes langues créoles) ou encore des désirs de s’associer à d’autres artistes (amis conteurs et conteuses comme Igo Drané de la Martinique,musiciens, plasticiens, etc.)

Papang, un véritable artiste donc et un conteur empli de valeurs humaines à découvrir absolument. Vous pourrez d’ailleurs le découvrir ou le redécouvrir le samedi 11 mars 2017 au Café de La Danse à Paris où il se produira en première partie de Frédéric Joron (Légende de la musique réunionnaise).

Retrouvez également ici le mot de Patrice sur le 20 Décembre à la Réunion ( Commémoration de l’Abolition de l’Esclavage dans l’île appelée aussi FètKaf) http://blog.jolydays.com/20-decembre-a-la-reunion/

Pour finir, regardez les vidéos de conte Papang sur les pages Facebook Jolydays Culture et Jolydays Traditions.

Miguel, Jolydays

« Identifier, reconnaître, personnifier, admirer… »

Leave a Comment