????????????????????????????????????????????????????????????????????????
Focus

L’histoire d’amour de la famille Saban et du Bèlè dit de Baspwent

Nous commencerons donc  cette série d’articles  par une interview que nous a accordé Julien Saban maitre et référence du Bèlè dit de Basse Pointe, célèbre commune de la Martinique qui a vu naitre Aimé Césaire.

????????????????????????????????????

 

Surtout ne dites pas à ce jeune homme de 82 ans encore très vif et vigoureux qu’il y a 3 bèlè ! Comme d’autres illustres anciens précédemment interviewés il n’y a qu’un seul et unique bèlè, point !

La famille Saban est l’une des grandes familles du Bèlè de la Martinique puisque Julien Saban est certes une référence en la matière mais également sa femme Victoria Desmonieres elle-même fille de Victorine Jacquot , grande chanteuse de bèlè et parente de  Victor Jacquot dit Lasao , célèbre  konbatan danmyé

L’histoire de Julien Saban commence à l’âge de 10 ans.

Alors qu’il était parti à la rivière avec  sa tante Simonise (Simone Marel)  à l’occasion de la lessive hebdomadaire,  il grimpa sur un rocher et se mit à danser le Bèlè , un peu pour faire le pitre mais plus sans doute pour montrer qu’il savait déjà danser. Voyant cela, sa tante lui dit : «  eh bien puisque tu sais danser le Bèlè, samedi tu vas venir danser dans la kaye bèlè de Simonise »

Il faut rappeler qu’à l’époque, les enfants ne dansaient pas dans les swaré bèlè . Ils faisaient ce qu’on appelle du «  Bèlè caché » souvent derrière les « Kaye Bèlè » et s’entrainaient au son de la musique et des chants entendus juste à coté. Mais vraiment peu d’enfants dansaient  ce Bèlè caché car le Bèlè était très mal vu à l’époque (« bagaye vié nèg’ »)

Julien dansa lui pour la première et unique fois à l’âge de 10 ans lors de cette fameuse soirée puis ne le refit plus jusqu’à l’âge de …19 ans

Ce soir là, étaient en en plus présents de grands noms comme Romul  Vetral (tanbouyé et konbatan danmyé réputé) ou Victor Jacquot.

Julien Saban nous raconte également qu’à l’époque les passionnés venaient pour beaucoup  de Sainte Marie ou du Lorrain  (où on dansait également beaucoup le Bèlè) et que pour tout le monde il n’y avait pas différents Bèlè mais un seul avec des variantes. Variantes souvent plus liées à la personnalité d’illustres personnages qu’aux différences liées aux communes.

Le silence se fait et on entend les souvenirs remontés dans la tête de ce personnage…

Il évoque les soirées, très festives et conviviales ou on servait aussi bien des boissons et des repas….la Limonade pour les dames… le rhum réduit ou pas réduit pour les hommes… l’esprit rhum aussi  (70% quand même)

La voix de Bingue , célèbre chanteur de l’époque ou d’Emile Saban (son frère), ou encore de Man Tiyi (Victorine JACQUOT), chanteuse de bèlè, raisonnent encore dans sa mémoire…

Marié en 1956 à 22 ans  et voulant échapper au travail de la canne, il descend à Fort de France pour y trouver du travail et après y avoir exercé entre autre les métiers d’ébéniste et de  menuisier il devient concierge à la maison pour tous de Tivoli (dans les hauteurs de Fort de France) et fonde l’association la Jeunesse Tivolienne en 1965 pour y perpétuer l’art du Bèlè comme on le joue, le chante et le danse.

Cette association a laissé la place à l’association Carrefour de Tivoli qui compte aujourd’hui 150 adhérents et le Bèlè y ait travaillé sous sa forme traditionnelle certes mais aussi évolutive (quelques collaborations d’ailleurs avec le célèbre Loulou Boislaville) et d’illustres intervenants comme Bertin Regina (actuel tanbouyé reconnu du danmyé et danmyétè lui-même) viennent prêter main forte quand il le faut lors de répétitions ou de prestations de l’association.

L’association Carrefour de Tivoli a produit 2 disques :

  • Moun Tivoli en 2015 ( Musique de Bèlè Baspwent et musique caribéenne)
  • Siwo Grozey en 2015 (musique et chants de Noël)

En cadeau pour ce premier article, voici une vidéo d’un Bèlè Kozak , très appréciée par la rédaction, joué et dansé par l’association.

Notez que vous retrouverez des stages de Bèlè Baspwent sur Jolydays.

A très bientôt !

Miguel, Jolydays.

« Identifier puis reconnaître pour personnifier et ensuite admirer… »

le 2 e volet ici : http://blog.jolydays.com/histoire-damour-de-famille-saban-bele-dit-de-basse-pointe-2-e-partie/

Leave a Comment