BONNE COUV
Actus, Focus

Focus spécial Lasotè Martinique et Annick Jubenot 1 ère partie

                               Spécial Lasotè

Focus en 2 parties sur une tradition ancestrale de la Martinique , le Lasotè, et de l’une de ces plus grandes porte-voix, Annick Jubenot, directrice et fondatrice de l’association Lasotè à Fonds Saint Denis (Nord de la Martinique) mais aussi véritable « missionnaire» du Lasotè.

Missionnaire car pleine d’abnégation, de dévouement, de courage et de ténacité pour enfin arriver au résultat d’aujourd’hui.

Vous allez voir, il s’agit d’une belle leçon de courage et d’humilité 🙂

Tout d’abord qu’est-ce que le Lasotè ?

20140927_105522 (1) 20140927_112500

« Le Lasotè est un moment de mise en commun des forces de travail de plusieurs hommes pour assurer les gros travaux de la terre et cela à flanc de montagne » dit Annick d’un seul trait !

Le travail de préparation consiste labourer la terre et/ou la sillonner pour  recevoir les semis ou des  plants.

Deux rythmes accompagnent ces travaux des champs : le « mazonn »  en partant du haut du Morne et en redescendant pour la réalisation de « syon  douvan » (sillon vers l’avant) ou, à l’inverse , le « Gran son » en partant donc du bas et en montant  (surtout pour assurer les gros Labours).

Pour accompagner ce travail, un groupe de musiciens composée  de tanbouyé (joueurs de tambour) , de tibwatè (joueur de ti bwa – instrument comparable à une clave), de « konè » ( les souffleurs de conque de lambi) et du chanteur (le kriyè) joue du Mazonn ou du Gran Son pour imprimer la cadence et donner de la force aux travailleurs (appelés «  les bourè »).

Ecoutez 🙂

 

A vrai dire sachez qu’à la Martinique, il y a des musiques d’accompagnement pour tous les travaux.

Le Lasotè n’échappe pas à cet usage et il y a donc :

  • le Lasotè sur le versant Caraïbe de l’ile dans  les communes , du Prêcheur, du Carbet, de Fonds Saint Denis, de Bellefontaine de case Pilote et de Schœlcher
  • le Lafouyetè, sur le versant Atlantique dans les communes de Macouba, Basse-Pointe, Marigot, Sainte Marie et Gros-Morne

?????????????

Les chants sont aussi très présents pour la construction des cases lors des « Teraj kaye » (réalisation du mortier pour garantir l’étanchéité des murs) ou même , pour un tout autre secteur d’activité, pour la pêche en l’occurrence, lors des « ralé senn’ » (forme de pêche pratiquée localement avec un grand filet déployé dans l’eau et tiré (ralé en créole) de la plage pas beaucoup de participants

Il s’agit donc bien d’accompagner par les chants et la musique les travaux pénibles pour donner de la force et du courage aux travailleurs, le tout, dans un bel esprit de cohésion général…très important à la Martinique… la chaleur humaine !

20140927_120457

Tant et si bien d’ailleurs que des « Danmyé » (art et danse de combat local) sont organisés à la fin des Lasotè (car il faut bien dépenser toute cette testostérone ! ).

 L’histoire d’Annick

En 1995 Annick JUBENOT est enceinte, mais elle décide d’aider un ami qui a l’idée « folle » de créer un conservatoire des musiques de la Martinique…

Même si de souche denisienne (de Fonds Saint Denis) Annick ne connaissait pourtant absolument pas le Lasotè et cet ami décide donc de l’emmener voir deux maitres « tanbouyé » Lasotè. Au même moment, interrogeant sa grand-mère, elle se fit remettre en place à la mode locale avec le fameux « sé bagaye vyé nèg’ » (laisse c’est d’une autre époque) et vous l’aurez compris, son choix ne fit donc pas l’unanimité….mais Annick Jubenot est non seulement entière et courageuse mais aussi très pugnace…

Dix ans plus tard, alors qu’elle assure la direction du Jardin de balata, elle se rend compte que sa vie ne lui correspond plus et ….décide alors de changer de cap et s’organise pour revenir vivre à Fond Saint Denis.

Elle décide de s’investir immédiatement dans la vie de la commune et  elle s’intéresse à son histoire, ses habitants,sa culture puis plus particulièrement, suivant un véritable cheminement, au Lasotè et comme elle le dit elle même doucement  mais sûrement « elle se regagna elle-même …».

20160930_130729 Comp

La suite de ce focus dans la 2 e partie http://blog.jolydays.com/focus-special-lasote-et-annick-jubenot-2-e-partie/

A bientôt,

Miguel,Jolydays

« Identifier, reconnaître, personnifier, admirer… »

 

Miguel Etienne-Pain

Miguel Etienne-Pain

Rédacteur en chef

Leave a Comment